Imprimer
Catégorie : Latest
Affichages : 1349

Retour sur ce 1er GP de la saison, avec le témoignage d'Olivier

Comme à chaque course, la météo se regarde 1 semaine avant la date. Comme à chaque fois, on fait la grimace lorsqu’on voit les couleurs de windguru et de windfinder. Mauve-bleu pour windguru et orange-marron pour windfinder n’annoncent rien de bon pour le week-end. Alors, certains se posent la question s’il faut y aller ou pas. On se téléphone, on suppute, et si…. Et si…

Et bien là, il fallait y aller. Parce que le directeur de course a ressorti ses belles bottes Dubarry qui commençaient à prendre la poussière. Eh oui, un bail que nous n’avions pas revu BB alias la légende pour mener la danse des 17 classes 3. Il avait envie (nous aussi), il a vu qu’une fenêtre météo venait de s’ouvrir. Enfin même pas une fenêtre, tout au plus un vasistas tellement elle était petite l’ouverture. Mais il l’a fait.

Bien aidé par une magnifique plage, quasiment dure partout, sans trous, sans difficultés réelles et bien aidé aussi par l’orientation du vent (plein sud et légèrement de terre) de force 5 à 6 forcissant, notre directeur de course et son équipe n’ont eu aucun mal à trouver le parcours idéal et à le sécuriser. Du parc à moules à la prise d’eau, un bel aller-retour en tirant des bords face au vent et des bords sous le vent en parfaite sécurité.

La 1ère manche fut âprement disputée entre Clément, Richard et moi, chacun prenant la 1ère place au fil des petits bords de près. Le passage de la bouée au vent était facile, un 1er bord nous ramenait vers la terre en direction du club à toute vitesse (100km/h) et les premières options se dessinaient. Fallait-il tirer des bords sur un terrain pas trop dur ou fallait-il aller tout droit jusqu’à 50m de l’épi pour revenir sur le banc menant à la bouée… Je pense qu’il fallait aller le plus tard possible sur le banc de la bouée parce qu’ensuite, on était coincé à tirer des petits bords plein vent arrière. Et les mètres sont facilement perdus dans cette configuration.

Le retour pendant la 1ère manche se faisait par la terre puisque la bâche ne s’était pas encore vidée, une marque de dégagement à aller chercher à la mer à la fin du parcours et 2-3 bords de près pour passer la bouée au vent. Au bout de 30 mn, je suis heureux de gagner suivi de Richard et de Clément. Le 4ème est Ivan, venu essayer sa toute nouvelle « black frog » suivi de Amaury qui n’a rien pu faire pour revenir.

Le parcours de la 2ème manche est identique avec un vent qui forcit légèrement mais le temps est raccourci à 25mn pour espérer faire 4 manches. Parcours identique mais nous avons droit à 2 belles options (la mer s’est retirée) pour le retour au près : le passage à la mer avec un bon bain dans le caniveau pour arriver sur un terrain bien dur mais en tirant des petits bords ou passage à la terre comme à la 1ère manche avec des bords plus longs mais sur un terrain légèrement mou. Difficile à dire sur les gains ou les pertes de chaque option mais je pense que les pilotes à la mer étaient un peu avantagés. La manche revient à Clément devant moi et Amaury qui avait mené les 2/3 de la manche.

Après 10 mn de repos, la 3ème manche est lancée sur le même parcours. Le vent commence à bien forcir, le sable vole, Ivan aussi 😉 puisqu’il prend facilement la 1ère place suivi de Clément. Mais cette 1ère place lui échappera… (votre reporter C3A ne pourra pas vous dire si c’est à cause de son option à terre ou si c’est à cause de la vitesse de Clément, j’étais trop loin pour observer). Le drapeau à damiers est levé à la 26ème minute au passage de Clément.

Tout le monde revient au paddock mais le vent forcit de plus en plus et Bruno et son adjoint Jean-Eude préfère lancer un sondage auprès des pilotes sur la possibilité de lancer une 4ème manche. Tout le monde en a pour son compte personne ne veut faire la manche de trop ni ouvrir la liste des pilotes de cirque 2020. Nous remontons au club pour démonter les chars avant la belle tempête annoncée dans la nuit.

Pilotes et organisateurs se sont retrouvés au resto le soir pour un moment sympa et à l’Eole ensuite pour refaire la course. La remise des prix a été avancée à 12h avec la présence de tous.

Un Hourra de remerciements pour l’équipe de l’Eole pour cette organisation sans faille et ses 3 belles manches réalisées de façon quasi inespérées.